• Faire confiance

    Après quelques années de réflexion, quelques stages, quelques journées de formation, quelques années de doutes, j'ai fini par oser cette année la "création mathématique collective". 

    C'est un atelier, lors du congrès de l'ICEM à Caen qui a achevé de me convaincre. J'ai vécu la création collective mathématique.

    J'en ai tiré de la jouissance intellectuelle, de la joie pure de confronter mes savoirs à ceux des autres, de me tromper, de douter, de chercher, de m'approprier de nouvelles connaissances mathématiques, d'avoir envie que ça dure, et de recommencer au plus tôt, de le partager avec mes élèves.

     

     

     

    Oui mais...

    Il me faudra faire pleinement confiance aux élèves. Car aucune progression possible : ce sera au fil de leurs réflexion. Peu de garde-fous : les créations prennent presque tout les créneaux maths. De la confiance donc : ils feront le programme de maths sans moi. Je me contenterai d'être animatrice des séances, de guider sans envahier. Confiance sera donc le maitre-mot. Confiance ?

    Bien sûr que je leur fais confiance à mes élèves. En théorie.

    Je m'aperçois que jour après jour, j'interviens dans presque tout ce qu'ils font. JE les dirige, JE les façonne, JE leur indique comment penser en rabâchant les procédures, JE les corrige quand ils se trompent. JE, JE, JE. Me voilà encore omniprésente, omnipotente. Tout ce que je ne veux pas être.

    Je suis pourtant intimement convaincue que je les empêche au final d'expérimenter ou d'aller au bout de leur réflexion. C'est sans doute mon côté "moi grand toi petit" qui ne peut s'empêcher de s'exprimer. Pourtant, quand je les laisse - enfin - tranquilles, ils ne ratent pas une occasion de me montrer à quel point ils sont créatifs, curieux, perfectionnistes pour certains, laxistes pour d'autres. Je suis très souvent épatée. Alors quoi ?

    Mon côté "sans moi ils ne sauront jamais" hurlera au scandale, mais c'est décidé, je vais les laisser aller au bout du bout en mathématiques.

    Et à voir leurs réactions suite à la première séance (pourtant à 28 !), à l'évolution fulgurante de leurs premières créations, ils ont compris que c'était à eux de jouer, et que ça y est, on croit en eux.

    Je tiendrai ici un journal de leurs séances, au fur et à mesure de l'année.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :